7 avril 2001 Garage Lopez, Brigitte Bop au Pré Saint Gervais « Bar le Surcouf « 

Bon, de notre côté, on vient d’enregistrer et on a à peine eu le temps de répéter les anciens morceaux qu’on pas joué depuis un bon bout de temps, vu que les concerts, en ce moment, c’est pas comme cette putain de flotte, ça tombe pas du ciel. Mais c’est pas grave car on a les Lopez en 1ère partie (les vedettes américaines !!!), nos faire-valoir favoris et on sait qu’après eux, même si on joue mal, ça sera forcément mieux. Bref, on a fait la route jusqu’à Paris sous la pluie (c’est beau, on dirait une chanson des Cadavres) pour retrouver les Lopez et quelques keupons déjà croisés dans les concerts dans un bar sympa décorés par Thierry Roland à l’étage et par Géronimo from Chateau-Renard en sous-sol. On discute le bout de gras et on frime un peu les banlieusards avec notre concert du 7 juin avec les Nashville Pussy. Apparemment, ils sont encore plus fans que nous, c’est cool. On finit quand même par s’occuper du matos, non sans avoir admirer la sublime Buick d’Henri, la classe américaine. Elvis is back in me, in my body ! Mais l’heure passe vite et Bastos et Bruno ont à peine le temps de faire un petit twist qu’il faut déjà que les Lopez attaquent car le bar est plein. Le public investit la salle sous la musique de Sankoukaï et les Lopez sont parti pour un set assez long. A 20 balles l’entrée, il faut bien qu’il joue au moins 18 morceaux pour que le public en ait pour son argent, et c’est à peu près ce qu’ils ont fait. Félicitations, à leurs âges, c’est une performance ! Bien sûr c’est pas du Dick Rivers mais l’ambiance était au rendez-vous : rock n’ roll et calembourg sont les mamelles du Garage Lopez !!! (putain, je suis fin prêt pour rock Sound !). On a donc logiquement pris la suite et Ben (le sympathique sonoman des Lopez) nous a mis la musique de Happy Days en guise d’intro et ça a bien fait rire Bruno et un autre gars que je ne connais pas. C’est déjà pas mal ! Le public, nombreux et passable excité par le show des Lopez a réagi au quart de tour et la température a rapidement avoisiné les 60 degrés, alors que dans le même temps, le taux d’oxygène approchais le zéro. En résumé, on a crevé de chaud, on ne pouvait plus respirer et on était entassé les uns sur les autres. Un joyeux merdier comme disait l’autre. On a quand même balancé tous nos nouveaux morceaux du futur album, plus ou moins dans le désordre et avec plus ou moins de guitares mais l’ambiance était chaude et bon enfant, on a bien rigolé avec le public qui a eu l’air de bien apprécier. C’est bien simple, on se serait cru en province !!!

Extrait du site Brigitte Bop