Angel Face/1984 – Henri Flesh Archives

Angel Face
SP (Salted City – SLCT001) 2011\
[ Enregistré à Paris en 1977 – Henri Flesh (chant), Riton Angel Face (guitare), Pascal Farray (basse),  Frederik Cousseau (batterie). ]\

1984 SP (Salted City – SLCT002) 2011\
[ Enregistré à Paris en 1977 – Henri Flesh (chant), Belock (guitare), Pierre Goddard (guitare), Luis (basse), Frederik Goddard (batterie). ]\


Continuer la lecture de Angel Face/1984 – Henri Flesh Archives

Angel Face « Wolf city blues »

Triple CD (Apachefilm – S/R / TransLoveEnergy – S/R) 2004\

1.01/ Wolf City Blues\
1.02/ 12 1/2\
1.03/ Pride / Endless Road (cup up songs) / I Don’t Care / Shadows & Lights / Before Now And After / Biker’s Ride\
CD 2 : Wolf City Blues / Secret Town / Shadows & Lights / Little Sister / Waiting For The Rain / Run Slowly / Pleasure Limit / Oh My Angel / Believe Me / I Love You / I Lose I Care / Are You Ready For Pain / You Are Welcome / Oaxaca People / Secret Town / I Don’t Care (To The Hell)\
CD 3 : Radio 93 / Precious Urban Nasty Kid / Come On Baby / Contemporian / Loveless Girl / Hey Lou / Strange / Black On The Lips / Guest / Little Sister / Contemporian / Strange Date / Burn To Change / I Lose I Care / Broken Heart / Are You Ready For Pain / Living For / No Title / You Are Welcome / Believe Me\

– « Toute la nuit »

Compilation K7 (Rock Hardi – RH017, offert avec Rock Hardi n°24) 1994

  • A01/ Folamour « Toute la nuit (intro) »
  • A02/ Universal Vagrants « One Day In Heaven (Next In Hell) »
  • A03 –The Dirteez You Don’t Love Me 3:04
  • A04/ Angel Face « Secret town »
  • A05/ Animal Justice (2) He’s Waiting 3:42
  • A06 –Tabasko (2) TV Show 2:31
  • A07 –Shocking Glass Window TV News 3:12
  • A08 –Indian Ghost Real Big Time 4:06
  • A09 –Pray Rien Another Happy Song 2:45
  • A10 –Maniacs (6) Loretta 2:52
  • B01 –Les Raggamins Le Raggaletta 4:56
  • B02 –Hypnotik Gang DJ Unité 3:58
  • B03 –Ouled El Raï Lamen 5:16
  • B04 –Les Ejectés Ragga Protest-Song 4:20
  • B05 –Les Seminoles Dans Ces Familles 2:37
  • B06 –Mega Sonic Boom Blast Burning Hole My Heart 3:38
  • B07 –Burning Heads Alone 2:18
  • B08 –Shaggy Hound Why Do You Want To Break My Arms ? 1:40
  • B09 –Folamour (2) Toute La Nuit (Final)

– « When the music’s over »

Compilation LP (Venus in furs / GMG – 75035, 1000 exemplaires) 1988

  • A01/ Angel Face « Wolf City Blues »
  • A02/ The Kids « She’s So Funny »
  • A03/ Miners Of Muzo « The Trip »
  • A04/ Klepstones « Play Your Game »
  • A05/ Blue Jim « Baby Please Don’t Go »
  • A06/ Mother-Fuckers « Down To Kill »
  • B01/ Ramblers « Fire Engine »
  • B02/ Miners Of Muzo « Action Woman »
  • B03/ Kids « Back To London »
  • B04/ Angel Face « Shadows And Lights »
  • B05/ Mother-Fuckers « City Bad Life »

– Angel Face « A wild odyssey »

LP (Pacific Production – 00001, 500 exemplaires avec insert) 1985

  • A01/ Wolf city blues
  • A02/ 12 1/2
  • A03/ Pride
  • B01/ Endless road
  • B02/ I don’t care
  • B03/ Shadows and lights
  • B04/ Before-now and after
  • B05/ Biker’s ride

[ Enregistré durant les années 1977 & 1978 – Pascal W. Farrey (basse & synthétiseur), Fred Goddard (batterie sur la face B), Straight Finger (batterie sur la face A), J. Farrey (guitare), Julien D.R. Farrey (guitare), Riton Angel Face (guitare & chant), Eric Tende (chant sur la face A), Henri Flesh (chant sur la face B). ]

– « Rock’n’roll Musique N°4 »

Numérisation Euthanasie

  • Numéro : 4
  • Editeur : D.J.P. Editions – 3, rue Duffour Dubergier – 33000 Bordeaux
  • Rédacteur en chef : Daniel Perraud
  • Rédaction : Stéphane Pietri,
  • Type de document : texte imprimé
  • Date de publication : Avril 1977
  • Importance : 52 pages.
  • Présentation : imprimé. couleur
  • Format : 21/27
  • Prix : 5 fr.
  • Note générale :
  • Au sommaire : Ange, Factory, Yardbirds, Memoriance, Gaurdon, Métal Urbain, Golf Drouot, Little Bob Story, Asphalt Jungle, Angel Face, Mike et sa Clique, Arsenic Vital, Mama Bea, Dave Edmunds, Next, Téléphone

– « Festival Bas-Rock » – 06/11/76

Avec : Etron Fou le Loup Blanc, Kevin Coyne, Steve Hillage, Benoît Blue Boy, Urban Sax, Stinky Toys et Angel Face

Porte de Pantin à Paris (75)

Concert Bas-Rock organisé par Jacques Pasquier et Thierry Haupais. Au départ, il ne devait y avoir que de la musique planante avec en top bill Steve Hillage. Mais finalement, les organisateurs me font confiance.
Dans l’après-midi, il y aura deux groupes punk. Quelle va être la réaction d’un public de baba cool devant les sales vibrations importées de N.Y. et des bas-fonds de Londres ? Je dois annoncer les groupes. C’est la première fois de ma vie que je monte sur une scène : impression agréable. Les Stinky Toys ouvrent le feu : ils vont très bien jouer, contrairement a leur concert de Londres où ils étaient crevés. Jacno, rythmic guitar et fondateur du groupe (19 ans), joue a genoux tandis qu’Elli Medeiros (20 ans), la chanteuse, fait le grand écart. Albin, le bassiste, n’a que 17 ans, le lead-guitar Bruno a 20 ans et Hervé, le batteur, 18. C’est dire qu’ils sont jeunes. L’arrogance qui jaillit lors d’un de leurs passages sur scène n’est pas sans rappeler le tout début des Stones. Leur musique n’est pas basée sur une technique acquise par des années de travail mais sur le flash, essence même du rock, un éclair qui frappe vite et fort, qui fait mal. Lorsqu’ils sont passés au Club 100 a Londres, ils se sont fait remarquer et, la semaine suivante, Elli était sur la couverture du Melody Maker, le journal de rock le plus connu en Angleterre. Outre-Manche, on consacre un groupe que les Français ont ignoré. Bien sûr, ils sont « Too much too soon » comme les Dolls, bien sûr, leur arrogance ennuie et jette un certain malaise, mais c’est justement ce qui fait leur charme. Ensuite, Angel Face, dont la démarche est totalement différente. On est a la limite du rock, le groupe cultive le paradoxe : Henri Flesh navigue entre la force animale pure et les subtilités de l’androïde. Paradoxes des compositions qui évoluent entre les riffs speedés et les vagues sonores vicieuses. Paradoxe de la ville béton et de ses banlieues noircies par les cheminées d’usine. La mutation et la mort sous les sons ultraviolents de la jungle urbaine attend Angel Face, qui n’oublie pas aussi qu’i1 est des parcours violents pour des cœurs tendres et que le Brown Sugar dissout les sons au point de les rendre limpides comme les pulsations d’un cœur mort. Après le concert, plutôt que de rester voir les autres groupes qui ne nous intéressent absolument pas, tout le monde préfère se retrouver chez moi. On va acheter des bières et écouter des nouveaux disques. Il y a Daniel Vermeille qui est en ce moment a Paris, Capta, Zozo, les Toys, Angel Face et comme d’habitude des tas de gens que je ne connais pas.

Alain Pacadis "Un jeune homme chic"

STINKY TOYS : Elli Medeiros (chant), Bruno Carone (guitare), Jacno (guitare), Albin Deriat (basse), Hervé Zénouda (batterie).

– 23/10/76 – European Son et Angel Face

M.J.C. au 2 avenue du parc des sports à Fresnes (94)

23 octobre : ça commence a bouger en France. Concert a la MJC de Fresnes de deux groupes parisiens, European Son et Angel Face. Un bus pour partir vers la banlieue. Une bâtisse en pleine cité nouvelle.
European Son a commence : il y a les deux frères Boulanger, Didier qui balance sa basse dix minutes avant la fin du dernier morceau et Ness à la batterie. Ils font une reprise de Fear de Jonh Cale, plus des tas de morceaux que je ne reconnais pas… Deux inspirations, le Velvet et les Stooges dans de longs morceaux ou un seul courant passe, celui de l’électricité. Ensuite c’est Angel Face : Riton à la guitare rythmique, Pascal à la basse, Snoopy a la batterie, Julian à la lead guitar et pour la première fois un nouveau chanteur, Henri Flesh. Le groupe est vieux d’un an et se réfère lui aussi au Velvet et aux Stooges et fait une musique originale, flashy et démesurée, influencée par le hard-rock, basée sur une structure très dure. Au début, il y avait Julian, Riton et Hervé (Stinky Toys). Un gig a la fête de Rouge sans chanteur ou ils prennent la scène d’assaut. Eudeline se joint à eux et ils font un gig a Bruxelles ou les amplis sautent. A la Pizza du Marais, Snoopy remplace Hervé à la batterie et Pierre (Loose Heart) est au chant. C’est là qu’Henri Flesh les voit et décide de chanter avec eux. Après un été de travail, ils font une bande dans la Drome et reviennent a Fresnes pour ce concert. Leur musique : boogie vénéneux, vibration radioactive ; il y a des moments d’une intense violence mais on les aime ou on les déteste, pas de demi-mesure. Leurs morceaux : The Biker’s Ride, Black On The Lips, Thank Lou, For Vicious, Checks Bounced For Dinner, Urban Fever, Violent Stage.

Alain Pacadis "Un jeune homme chic"

– 04/07/76 – Stinky Toys et Angel Face

+ Théâtre des blancs manteaux au 15 rue des blancs manteaux à Paris (75004)

[ les autres dates furent annulées ]

Premier concert des Stinky Toys.

STINKY TOYS : Elli Medeiros (chant), Bruno Carone (guitare), Jacno (guitare), Albin Deriat (basse), Hervé Zénouda (batterie).

ANGEL FACE : Henri Flesh (chant), Riton Angel Face (guitare), Julien Regoli (guitare), Pascal Regoli (basse), Hervé Zenouda (batterie).

– « La fête rouge » – 18/10/75

Avec : Angel Face, Dr. Feelgood, Captain Beefheart, John Cale & Isotope, Tim Blake, Jacques Higelin, Tri Yann, C. Ribeiro, B. Lavilliers, F. Béranger, Little Bob Story, les Frenchies…

+ Grande halle de la Villette à Paris (75)

Premier concert d'Angel Face en octobre 1975 aux Halles de la Villette pour la fête du journal Rouge (organe de la Ligue Communiste Révolutionnaire). Ce concert prendra la forme d’une grande improvisation psychédélique électrique, digne des Pink Fairies. Cette dimension d’improvisation restera la marque de fabrique de la musique d’Angel Face fondée sur les riffs de la guitare de Riton joués à des tempi médium et se développant sur des durées plus qu’élastiques.

Hervé Zénouda

ANGEL FACE : Riton Angel Face (guitare), Julien Regoli (guitare), Pascal Regoli (basse), Hervé Zenouda (batterie).

– Angel Face / Angel Dust

Paris (75) // 1974 – 1976 puis 1986 – ? // Rock psyché puis rock

  • 1975 : Riton Angel Face (guitare), Julien Regoli (guitare), Pascal Regoli (basse), Hervé Zenouda (batterie).1976 : Patrick Eudeline (chant), Riton Angel Face (guitare), Julien Regoli (guitare), Pascal Regoli (basse), Hervé Zenouda (batterie).
  • Juillet 1976 : Henry Flesh (chant), Riton Angel Face (guitare), Julien Regoli (guitare), Pascal Regoli (basse), Hervé Zenouda (batterie).Henry Flesh (chant), Riton Angel Face (guitare), Julien Regoli (guitare), Pascal Regoli (basse), Frédérick Godardd (batterie).Henry Flesh (chant), Riton Angel Face (guitare), Julien Regoli (guitare), Hervé Zenouda (basse), Frédérick Godardd (batterie).
  • 1986 : Kim Nguyen (chant), Philippe Rid Jones (guitare), Riton Angel Face (guitare), Denis Alvarez (batterie).
ANGEL FACE est né en 1974 de la rencontre entre Riton, Julien Regoli et son frère Pascal dans la banlieue sud de Paris. Le groupe a commencé par jouer un rock psyché instrumental improvisé dans la lignée de Red Noise. Les musiques écoutées sont alors Amon Duul II, Sun Ra, Bob Dylan, Soft Machine, Incredible String Band, Electric Prunes… Le groupe, qui tire son nom du film d’Otto Preminger, a ensuite développé un son énergique et punk se rapprochant plutôt du rock de Detroit (MC5, Stooges), répétant au début dans des caves à Belleville. Les titres de 1977 ont de fortes influences stoogiennes, surtout « Wolf City Blues » ; on trouve aussi du Chrome et du proto-punk lorgnant du côté du CBGB’s dans « Pride ». Les enregistrements de 1976 sont eux du bricolage pur, avec l’influence de Can pour « Biker’s Ride », de Hawkwind et du Velvet Underground aussi, certains comme « I Don’t Care », « Shadows and Lights » et « Before, Now and After » avec juste une voix, une guitare électrique et un synthétiseur discret mais efficace. « Endless Road – Cut Up Songs » est un collage de répétitions enregistrées dans la Drome. Pascal Regoli retravaille les bandes sur des Revox pour sortir enfin le LP en 1985, pressé à 500 copies et intitulé « A Wild Odyssey ». Au verso de la pochette, le nom Farrey apparaît à la place de Regoli, en fait le nom de leur mère… Ils joueront sur scène une dizaine de fois à partir de 1975 (La Fête Rouge, la MJC de Fresnes avec European Son, au Théâtre Des Blancs Manteaux et à celui de Mouffetard, à Paris, le Plan K en Belgique, Crépy-En-Valois, Porte de Pantin au Festival Bas Rock…) changeant de chanteurs (Patrick Eudeline, Pierre Cousseau-Goddard, Henri Flesh, Eric Tendz…) et de batteurs (Hervé Zénouda, Frédéric « Snoopy » Cousseau-Goddard, Jean-Michel « Straight Finger » ….). Pour Angel Face, Riton plus que les autres, le rock est une envie de créer quelque chose et de prendre place dans une épopée, de sortir de l’impasse, de l’esclavage social. Les bandes furent envoyées à Césame, Cobra, Rough Trade, Pathé Marconi mais n’intéressèrent personne. En 1976, mettant Angel Face au repos, Pascal Regoli forme Loose Heart avec Hervé Zénouda et Pierre Goddard : ils enregistreront quelques titres et donneront quelques concerts mémorables. Changement de personnel début 1977 puisque Pierre Goddard partira avec son frère Fred et Henri Flesh fonder 1984. Avec l’arrivée de Jean-Michel « Straight Finger » (ex-Pain Head / Project Sign) à la batterie et d’Eric Tendz au chant (plus tard dans OCTOBRE sous le nom de Lanz), ils enregistrent fin 1977 les 3 premiers titres de la face A. Le groupe se sépare le 24 décembre 1977 après un dernier concert à la faculté de Tolbiac à Paris avec Dead End (Pascal Regoli, Laurent Schuster et Greta Garbage) et Etat d’Urgence (pré-Artefact). Sur une idée de Julien Regoli, le groupe se reforme en 1986 avec Kim Nguyen (chant), Philippe Rid Jones (guitare), Denis Alvarez (batterie, ex-Swingo Porkies) et Riton Angel Face (guitare rythmique). Plusieurs titres seront enregistrés dont 2 reprises de leur ancien répertoire pour la compilation « When The Music Is Over » sortie en 1987. Julien Regoli décède en 1988… Ensuite une nouvelle formation avec Denis Alvarez passé à la guitare, Chris qui chante à la place de Kim partie chez Witches Valley (et plus tard Mad River), Pascal Bermont (ex-Swingo Porkies) à la batterie, Jean Macé à la basse et bien sûr Riton. Deux titres sont enregistrés et sortent sur le label Flying Charentaise en 1991. Ensuite Denis remplace Chris au chant. Concerts au Café Paris, à l’Elysée Montmartre en première partie de Hawkwind en avril 1993 puis le groupe s’éteint en 1996.

Caméléon Records