25 aout 2001 The Prodigy, Muse, Heather Nova, Stone Temple Pilots, Michael Franti and Spearhead, Spooks, Powderfinger, Tricky, Sparklehorse, Sophia, Stephen Malkmus, Zebrahead, Mark B & Blade, Millionaire, Zoot Woman, Zero 7, Ping Pong Bitches, Galacticamendum, dj Paul Daley, dj Lady Vortex, DJ Marky, Plump DJs, Less Than Jake, Voodoo Glow Skulls, The Vandals, Undeclinable, The Ataris, 311, The Hives, Sahara Hotnights, The Heartaches, Superheroes, Fireside, Beulah, Hopewell, Natalia M. King, Miles, Zornik, …And You Will Know Us By The Trail Of Dead, Aka Moon, Alien Ant Farm, Bastian, Bit Meddler, Boenox, Boy Hits Car, Brainpower, Buscemi, Chitlin’ Fooks, de Portables, Dislocated Styles, DJ Big Train & DJ White Jazz, DJ Leno, DJs Aim Records, Ed & Kim, Four Tet, Gore Slut, Gwenmars, Hypnoskull, Jan Van Biesen, Ken Ishii, Killah Priest, Kim Cascone, Kosheen, Krushed ‘n’ Sorted, League Of Extra Ordinary Gentlemen, Live, Main, Marumari, Mescalito, Ovil Bianca, Pilote, Placebo, Queens Of The Stone Age, Reamonn, Rolando, Saliva, Spearhead, Staind, Sunzoo Manley, The Bays, The Folk Implosion, The Locust, The Moldy Peaches, Think Of One, Thom Revolver, Uman, Wevie Stonder, Wicona Airbag, Wookie à Hasselt Kiewit

Pukkelpop

la veille

24 aout 2001 Orbital, 3 Doors Down, Heideroosjes, Ozark Henry, Sisters Of Mercy, Nelly Furtado, Guided By Voices, Rocket From The Crypt, Starsailor, Phoenix, Madrugada, Lift To Experience, Slam, The Avalanches, Red Snapper, Postmen, Howie B, Total Science, Randall, Dom & Roland, Llorca, Llorca, dj Lady Vortex, Stanton Warriors, Cut La Roc, Starflam, Canibus, Max Normal, TY & DJ Bizznizz, DAAU, Turin Brakes, Elbow, à Hasselt-Kiewit.

Pukkelpop

La Veille

Le lendemain

23 aout 2001 Papa Roach, Xzibit, Fear Factory, (Hed) Pe, EELS, Mogwai, Mercury Rev, BS2000, Gloss, Green Velvet, Röyksopp, Mouse On Mars, Andy C, Richie Hawtin, Agent Sumo, Oxide & Neutrino, dj Lady Vortex, 28 Days, Dropkick Murphys, The Living End, Anyone, Six By Seven, My Vitriol, Mo Solid Gold, South, I Am Kloot à Hasselt-Kiewit.

Pukkelpop

Le lendemain

22 juillet 2001 les Crapaudes, Ken Ishii, Headrillaz, Merzbow, Carl Craig, Puddu Varano Micronauts, Sarcasm, Chokebore, Young Gods, Groove Terminator, Turin Brakes, Burnings heads, Hellacopters, Gladiators, Brooklyn funk essentials à Blayes les Mines

21 juillet 2001 les Crapaudes, Sroit folk, Alain Lamontagne, London Elektricity, Gary Clay, Pitchblack, DJ Dubmission, Le peuple de l’herbe, Salmonella Dub, Six by Seven, Dead man ray, Kat Onoma, Rokia Traore, Carlos Maza, La bottine souriante, LKJ, Les tambours du Bronx, Sergent Garcia, Matmatah à Blayes les Mines.

20 juillet 2001 la Talvera, Suroit folk, Alain Lamontagne, Luke Slater, DJ Black Sifichi, Tayeb Benamara, DJ Spooky, DJ Mekon, Gonzales, Gonales, Trip do Brazil, Minu Cinelu, Babylon Circus, Sally Nyolo, Adama Drame, Assassin, 100 % collègues, Ska P, Massilila sound system, Manu Chao à Blayes les Mines.

29 juin 2001 High Tone, les Naufragés, Adrian Byron Burns, Couleurs du Sud, Les Menus Larcins, Pustule l’Ardechois, Mr Orange à Saint Symphorien sur Coise

Cocktail Jeunes

Rock sous les Etoiles

Le Lendemain

 

21 juin 2001 Brigitte Bop, Garage Lopez à Orléans « Carreau des Halles »

Fête de la muzik

Pour une fois que l’été arrive à la date prévue, ça tombe bien, la patronne du Carreau des Halles avait prévu le coup et nous avait demandé de jouer devant son bar avec un groupe de notre choix. Résultat, notre 10ème concert avec les Garage Lopez et une fois de plus, ça l’a fait ! Il y a un truc qui m’a toujours étonné chez les Lopez, c’est que bien que ce soit des vrais putain de rockers … ils arrivent toujours à l’heure, et ça c’est bizarre. Même si tout le monde s’en fout, moi, ça m’épate et j’avais envie de le dire. Par contre Yann, lui, c’est pas trop son truc. Il est quand même arrivé avec tout le matos avant qu’on se fasse péter la gueule par le public déjà nombreux et visiblement an manque de rock n’ roll. Qu’à celà ne tienne, on installe tout et les banlieusards attaquent avec la finesse qui les caractérise : Blitzkrieg Bop à fond. Ils se font un peu piquer la vedette par une blondasse raide def’ en maillot de bain qui fait des siennes mais ils récupèrent l’attention du public avec quelque blagues bien senties et surtout avec leur punk rock énergique (c’est comme ça qu’ils disent dans Rock Sound). Ils nous laissent ensuite la place. A ce moment-là, la blondasse sus-nommée est complètement à poil. C’est vrai qu’il fait chaud ! Elle sera rapidement évacuée par la Croix Rouge qui a dû la ramener à la piscine. Le public est constituer de vieux potes, de jeunes punks-rockers locaux, de vieux rockers et de pleins d’autres personnes qu’on ne connait pas. Le set a des petits airs de boulangerie vu le nombre important de pains, la palme revenant à Yann mais ça le fait rire car les Lopez, qui ont l’ouïe plus développée que le QI, saluent chacune de ses plantes. On essaie de rattraper la faiblesse de la technique par des blagues et des discours anti-Grouard (c’est notre nouveau Maire de droite) et ça passe. La rue est remplie, le pogo raisonnable et l’ambiance est rock n’ roll. Après un Cochran Blues à rallonge, c’est à nouveau aux Garage de répandre la bonne parole avec pas mal de vieux morceaux. Le public est un peu plus claisemé mais de plus en plus réceptif (saoul ?) à la musik de nos petits camarades. On a donc droit à la totale : la reprise de Subway, La compagnie créole, Jean Shulteiss et Coluche. Le public est définitivement conquis une fois de plus. Ils peuvent aller boire des bières la conscience tranquille. Pour notre part, on retourne sur la scène sans vraiment savoir ce qu’on va jouer. En gros, dès qu’il y en a un qui se souvient d’un titre de morceau, on le joue. On en profite pour placer quelques reprises pour les anciens : LSD, Oberkampf et autre Clash, comme ça tout le monde est content. Non content d’avoir instauré un couvre-feu pour les enfants, notre sympathique jeune maire RPR avait décidé que la fête de la musique finirait à 1 h du mat’. On a donc jouer jusqu’à 1 h 10, juste pour pouvoir dire qu’on a dépassé et aussi pour arrêter après le podium Pernod-play back du bout de la rue ! Qui c’est les punks là-dedans, bordel ?!? Après ça, bah, comm d’hab’, on a rangé le matos et on est rentré chacun chez soi. Rendez-vous la prochaine fois, pour le meilleur et le pire !

Extrait du site Brigitte Bop

7 juin 2001 Brigitte Bop, Nashville Pussy à Paris « Le Trabendo »

L’année dernière, Jean-Luc de Jostone Traffic nous avait fait joué à Orléans avec les Dogs et nous avait promis une première partie sur Paris. Il a tenu parole (Elvis le lui rendra) et nous a donc programmé avec les Nashville Pussy. On aurait préféré les New Bomb Turks mais on va pas faire le fine bouche. Bon, soyons clair, le seul contact que nous avons eu avec les Pussy, c’est la nouvelle bassiste qui nous a demandé : « What’s your name ? » pendant notre balance. Ce à quoi Charles lui a répondu : « Brigitte Bop, like Brigitte Bardot ». Point final. A part ça, on a eu le droit de poser nos amplis et notre batterie devant leur matériel, ce qui réduit copieusement l’espace vital sur scène. Heureusement qu’il n’y avait pas un troisième groupe, ils auraient mis leur batterie dans le public ! Enfin, on a tout de même eu droit à une balance/répétition des Pussy rien que pour nous et le répondeur du portable de Bruno Lopez (c’est bien parce qu’il nous a prêté son ampli et sa gratte !). Et bien ils jouent aussi fort que quand il y a 80 000 personnes, et la guitariste se roule par terre, sauf qu’elle est habillée et qu’elle porte des lunettes ! Après ça, on a quand même pu balancer et boire des bières en attendant 20 heures. On a alors envoyé un set court (35 minutes) ponctué de quelques blagues sur les chanteurs de hard et les motos japonaises, bonne ambiance, quoi. On a commencé par Career Opportunities, ce qui eu l’avantage de décoller les vieux du bar, dixit le bassiste des Bidochons (ex-Vampires, vous vous rendez compte ! Et j’ai touché sa chemisette !!! Harg !!! Et il a taxé une clope à Christophe Spielberg, un copain à moi et pas à vous!!! Trop Classe !!!), qui est pourtant un gars à qui on ne l’a fait pas ! Pour ce qui est du public, comment vous dire, c’était 130 balles l’entrée, c’était un jeudi soir à 20 heures, et c’était en 1ère partie d’un groupe de Hard rock US. Donc pas de punks à chien et un seul pogoteur, avec un tee-shirt de Slayer ! Malgré tout, l’accueil a été agréable (j’en ai même vu qui ont souri). Pour ce qui est de la suite, c’était le mur du son dans ta gueule, des bons dégueulis de guitare, un batteur-bûcheron, un chanteur-ours et une bassiste impassible. Le show est assuré par la gratteuse et elle le fait bien. De l’avis général des connaisseurs, c’était quand même mieux avec l’ancienne bassiste. A voir une fois, ça suffit. Mais j’irais peut-être quand même les revoir lundi à Orléans ! Après tout ça, on a rangé le matos, on a papoté à droite à gauche et on est rentré. Nationale 20 de nuit et sous la flotte, il y avait longtemps !

Extrait du site Brigitte Bop

31/05/01 – Défi’stival – Cité Rock

Avec Delabrosse, La Tordue, Les Ogres de Barback, Bamba Mussxam, Baco, I Jah Man, Bass massive : Courts toujours, Ten Dubians, K’ptain Planet, DJ Willy Man, UHT°, Apocalypse 45, Catrice Crew, Radykal Lyrix, Syndicat de la rime, La Baraka, Tilt, Lost reason, Backside, Def Daf

Parc de Charbonnière – Saint Jean de Braye (45)

Defi