??/??/77 – Bijou et Tyla Terne

1977

Paris (75)

Pas beaucoup de monde pour ce concert organisé par Skydog (qu’est-ce qu’on deviendrait sans eux ?). Et pour tant Sean Tyla n’est pas le premier venu. Ça a du lui rappeler le concert qu’il avait fait avec Ducks Deluxe au Bataclan… Enfin tant pis ! En première partie Stranglers était prévu. Mais par un heureux hasard, Stranglers n’était pas la et c’est Bijou qui vint. Leur album venant juste de sortir, il était très intéressant de voir ce qu’ils devenaient sur le plan scénique. Bijou ne compte que sur sa musique pour s’imposer, et, comme Little Bob Story, il n’arrête pas de tourner. Je me suis souvenu d’une première partie de Patti Smith. ll y a près d’un an qui m’avait laissé de bons souvenirs. Et cette fois encore, ils ne m’ont pas déçu. Pourtant, ils n’ont pas choisi la facilité. Chanter du rock en utilisant notre belle langue française, ce n’est pas évident. Et ils y arrivent ! On ne s’ennuie pas pendant leur set et la musique qu’ils nous dispensent est de celle qui vous met des fourmis dans les jambes ! La guitare de Palmer sonne juste, elle est tranchante, directe et de temps en temps on croirait entendre Wilko Johnson ! Dauga, a la basse assure un travail impeccable, transportant littéralement chaque morceau. Quand a Dynamite Yan il a une frappe nette, précise et sans bavures. Et quand il sont tous les trois sur une scène, ça déménage, »crois-moi, je ne mens pas ! ». « Danse, danse, danse avec moi », allez-y, vous ne le regretterez pas ! Ils ne jouèrent qu’une demi-heure mais ce n’est pas l’envie qui leur manquait de jouer plus. Sean Tyla prit la relève. Vêtu de sa combinaison de garagiste, il donna dès le premier morceau le ton du concert. Un rock syncopé, bourré jusqu’à la gueule de guitares inspirées et soutenues par une rythmique bien juteuse. Tyla nous prodigua sa musique, musique qui vous prend en traite, qui s’insinue doucement pour ne plus vous lâcher. On eut droit à tous ses simples et à un morceau de Ducks Deluxe en prime (« Fireball »). Mais je suis resté insatisfait de ce concert ; je trouve qu’il y manquait quelque chose; Tyla lui-même m’a semblé un peu désabusé. Peut-être commence-t-il :à en avoir marre des galères. Je ne sais pas. Mais j’ai eu l’impression qu’une étincelle se rallumait pendant « Fireball ». Peut-être que je me goure complétement et que j’ai trop la nostalgie des Ducks. Et pourtant c’était pas mauvais du tout ce qu’il a fait ce soir là. Et le public eut l’air d’apprécier, même s’il fut un peu dur à se lever.

Ludovic Olmi (Rock en Stock n°2)

16/12/76 – Loose Heart et Pain Head

Jeudi 16 décembre 1976

Cafétéria de la Faculté Charles V au 8-10 rue Charles V à Paris (75004)

Gare du Nord.

Gare du Nord organise un concert à la cafétéria de la Faculté Charles V. Il y a une centaine de personnes qui dansent et de la bière partout. Loose Heart commence : une avalanche de sons distordus a l’infini qui tournent sept fois autour de la ville avant de la détruire. Puis Pain Head, des accords très lourds, bien en place. Les Stooges et le Velvet revivent : tout est possible. Le concert est fini, le whisky aussi. Capta me présente son père et des filles me parlent du rock. (« Un jeune homme chic » de Alain Pacadis) Continue reading « 16/12/76 – Loose Heart et Pain Head »

06/11/76 – Festival Bas-Rock

Festival Bas-Rock – Samedi 6 Novembre 1976 – Avec : Etron Fou le Loup Blanc, Kevin Coyne, Steve Hillage, Benoît Blue Boy, Urban Sax, Stinky Toys et Angel Face

Porte de Pantin à Paris (75)

Concert Bas-Rock organisé par Jacques Pasquier et Thierry Haupais. Au départ, il ne devait y avoir que de la musique planante avec en top bill Steve Hillage. Mais finalement, les organisateurs me font confiance.
Dans l’après-midi, il y aura deux groupes punk. Quelle va être la réaction d’un public de baba cool devant les sales vibrations importées de N.Y. et des bas-fonds de Londres ? Je dois annoncer les groupes. C’est la première fois de ma vie que je monte sur une scène : impression agréable. Les Stinky Toys ouvrent le feu : ils vont très bien jouer, contrairement a leur concert de Londres où ils étaient crevés. Jacno, rythmic guitar et fondateur du groupe (19 ans), joue a genoux tandis qu’Elli Medeiros (20 ans), la chanteuse, fait le grand écart. Albin, le bassiste, n’a que 17 ans, le lead-guitar Bruno a 20 ans et Hervé, le batteur, 18. C’est dire qu’ils sont jeunes. L’arrogance qui jaillit lors d’un de leurs passages sur scène n’est pas sans rappeler le tout début des Stones. Leur musique n’est pas basée sur une technique acquise par des années de travail mais sur le flash, essence même du rock, un éclair qui frappe vite et fort, qui fait mal. Lorsqu’ils sont passés au Club 100 a Londres, ils se sont fait remarquer et, la semaine suivante, Elli était sur la couverture du Melody Maker, le journal de rock le plus connu en Angleterre. Outre-Manche, on consacre un groupe que les Français ont ignoré. Bien sûr, ils sont « Too much too soon » comme les Dolls, bien sûr, leur arrogance ennuie et jette un certain malaise, mais c’est justement ce qui fait leur charme. Ensuite, Angel Face, dont la démarche est totalement différente. On est a la limite du rock, le groupe cultive le paradoxe : Henri Flesh navigue entre la force animale pure et les subtilités de l’androïde. Paradoxes des compositions qui évoluent entre les riffs speedés et les vagues sonores vicieuses. Paradoxe de la ville béton et de ses banlieues noircies par les cheminées d’usine. La mutation et la mort sous les sons ultraviolents de la jungle urbaine attend Angel Face, qui n’oublie pas aussi qu’i1 est des parcours violents pour des cœurs tendres et que le Brown Sugar dissout les sons au point de les rendre limpides comme les pulsations d’un cœur mort. Après le concert, plutôt que de rester voir les autres groupes qui ne nous intéressent absolument pas, tout le monde préfère se retrouver chez moi. On va acheter des bières et écouter des nouveaux disques. Il y a Daniel Vermeille qui est en ce moment a Paris, Capta, Zozo, les Toys, Angel Face et comme d’habitude des tas de gens que je ne connais pas.

Alain Pacadis « Un jeune homme chic »
Continue reading « 06/11/76 – Festival Bas-Rock »

23/10/76 – European Son et Angel Face

Samedi 23 octobre 1976

M.J.C. au 2 avenue du parc des sports à Fresnes (94)

23 octobre : ça commence a bouger en France. Concert a la MJC de Fresnes de deux groupes parisiens, European Son et Angel Face. Un bus pour partir vers la banlieue. Une bâtisse en pleine cité nouvelle.
European Son a commence : il y a les deux frères Boulanger, Didier qui balance sa basse dix minutes avant la fin du dernier morceau et Ness à la batterie. Ils font une reprise de Fear de Jonh Cale, plus des tas de morceaux que je ne reconnais pas… Deux inspirations, le Velvet et les Stooges dans de longs morceaux ou un seul courant passe, celui de l’électricité. Ensuite c’est Angel Face : Riton à la guitare rythmique, Pascal à la basse, Snoopy a la batterie, Julian à la lead guitar et pour la première fois un nouveau chanteur, Henri Flesh. Le groupe est vieux d’un an et se réfère lui aussi au Velvet et aux Stooges et fait une musique originale, flashy et démesurée, influencée par le hard-rock, basée sur une structure très dure. Au début, il y avait Julian, Riton et Hervé (Stinky Toys). Un gig a la fête de Rouge sans chanteur ou ils prennent la scène d’assaut. Eudeline se joint à eux et ils font un gig a Bruxelles ou les amplis sautent. A la Pizza du Marais, Snoopy remplace Hervé à la batterie et Pierre (Loose Heart) est au chant. C’est là qu’Henri Flesh les voit et décide de chanter avec eux. Après un été de travail, ils font une bande dans la Drome et reviennent a Fresnes pour ce concert. Leur musique : boogie vénéneux, vibration radioactive ; il y a des moments d’une intense violence mais on les aime ou on les déteste, pas de demi-mesure. Leurs morceaux : The Biker’s Ride, Black On The Lips, Thank Lou, For Vicious, Checks Bounced For Dinner, Urban Fever, Violent Stage.

Alain Pacadis « Un jeune homme chic »

03/10/76 – Pierre Meige

Dimanche 3 octobre 1976

Chalet du Lac avenue de Bel Air à Paris (75012)

…Pierre Meige joue au Chalet du Lac. Le dernier concert qu’il y a eu la-bas avec les Stinky Toys s’est assez mal passé : ils étaient complètement bourrés et ont tout cassé. Pierre Meige jouait au piano avec Élodie a la Cour du Dragon pendant tout le mois d’août, il a f
ormé un groupe avec Yoyo a la basse qui est gros mais joue très bien. Son répertoire est composé de vieux rocks du style Johny B.Good, des classiques des Stones, Jumpin’Jack Flash, et d’une reprise de Gainsbourg, Qui est in, qui est out. Pour le dernier morceau, il tire Patrick Eudeline sur scène et chante en duo avec lui. Après le concert, tous les punks se retrouvent chez moi. Il y a Pierre Meige et son groupe, Clode Panik et J.-P. Zinc qui s’extasient sur les journaux que j’ai ramenés de N.Y., et Patrick qui écoute Live at CBGB avec intérêt…

Alain Pacadis « Un jeune homme chic »

20/09/76 – Subway Sect, Siouxsie and the Banshees, Clash et les Sex Pistols

Lundi 20 septembre 1976

100 Club au 100 Oxford Street à Londres (Angleterre)

Malcolm Mc Laren

Continue reading « 20/09/76 – Subway Sect, Siouxsie and the Banshees, Clash et les Sex Pistols »

17/09/76 – Stinky Toys

Vendredi 17 septembre 1976

Chalet du Lac avenue de Bel Air à Paris (75012)

Deux Gigs étaient prévues, une seule aura lieu le vendredi soir. Le dimanche, le patron les jettera dans la rue, avec leur matériel, en les insultant et les traitant de mauvais.
Elli : « La sono était pétée et les mecs essayaient de la réparer pendant le concert. On n’entendait rien, ni sur la scène, ni dans la salle. »
Jacno ajoute : « Les responsables du Chalet du Lac ont mélangé deux choses qui ne vont pas ensemble : le trip Disco des minets et des groupes de rock comme nous ou les Pistols. On ne peut pas marier une grenouille a un éléphant.
En gros, c’est ça le trip, un mauvais compromis. »

Stéphane Pietri et Alexis Quinlin « Punk »

Le dernier concert qu’il y a eu la-bas avec les Stinky Toys s’est assez mal passé : ils étaient complètement bourrés et ont tout cassé.

Alain Pacadis « Un jeune homme chic »

21/08/76 – 1st european punk rock festival

Samedi 21 août 1976 – Avec : Railroad, Shakin’Street, les Damned (UK), Il Barritz, Kalfon Rock Chaud, Gorillas, Count Bishops, Little Bob Story, Tyla Gang (UK), Eddie and the Hot Rods (UK) et Passion Force

Mont de Marsan (40)

Skydog

Continue reading « 21/08/76 – 1st european punk rock festival »

18/07/76 – ANNULE : Angel Face, Stinky Toys et European Son

Dimanche 18 juillet 1976

Théâtre des blancs manteaux au 15 rue des blancs manteaux à Paris (75004)

Continue reading « 18/07/76 – ANNULE : Angel Face, Stinky Toys et European Son »

04/07/76 – Stinky Toys et Angel Face

Dimanche 4 juillet 1976 (les autres dates furent annulées)

Théâtre des blancs manteaux au 15 rue des blancs manteaux à Paris (75004)

Premier concert des Stinky Toys.

Continue reading « 04/07/76 – Stinky Toys et Angel Face »

18/10/75 – La fête rouge

La fête rouge – Samedi 18 et dimanche 19 Octobre 1975 – Avec : Angel Face, Dr. Feelgood, Captain Beefheart, John Cale & Isotope, Tim Blake, Jacques Higelin, Tri Yann, C. Ribeiro, B. Lavilliers, F. Béranger, Little Bob Story, les Frenchies…

Halles de la Villette à Paris (75019)

Premier concert d’Angel Face en octobre 1975 aux Halles de la Villette pour la fête du journal Rouge (organe de la Ligue Communiste Révolutionnaire). Ce concert prendra la forme d’une grande improvisation psychédélique électrique, digne des Pink Fairies. Cette dimension d’improvisation restera la marque de fabrique de la musique d’Angel Face fondée sur les riffs de la guitare de Riton joués à des tempi médium et se développant sur des durées plus qu’élastiques.

Hervé Zenouda
Continue reading « 18/10/75 – La fête rouge »

26/09/76 – Colloque de Tanger

Hermann Schwarz, Patrick Eudeline, William S. Burroughs, Pat Luger, Pierre Goddard et Hervé Zénouda.

Colloque de Tanger – Vendredi 26, samedi 27 et dimanche 28 septembre 1975 – Avec : Wild Boys

Genève (Suisse)

« Colloque de Tanger » en hommage à l’écrivain « Beat » William S. Burroughs (cette manifestation regroupera aussi quelques grands noms de la poésie sonore comme Henry Chopin ou Bernard Heidsieck).

Hervé Zenouda
Continue reading « 26/09/76 – Colloque de Tanger »

12/04/75 – Elodie Lauten

Samedi 12 avril 1975

Le Moulin de la galette au 83 Rue Lepic à Paris (75018)

Le trio joue au Moulin de la Galette a une party pour David Hockney, qui a lieu le jour de la mort de Joséphine Baker. Tous les amis sont là, ceux de Paris, ceux de New York aussi : David Hockney, Henry Geldzahler, Bianca Jagger… Les coupes de champagne volent et tandis que le verre se brise on entend le thème de I wanna be your dog des Stooges, et puis c’est une longue improvisation au synthétiseur sur des textes de Castaneda : « Don’t you think a man can fly ? »

Alain Pacadis « Un jeune homme chic »
Continue reading « 12/04/75 – Elodie Lauten »