Changement de Line Up

Fin 1997, après sept ans de longs et boyaux services (?!), Thierry Holweck, à bout, ruiné et épuisé par des nuits sans sommeil auprès d’une section rythmique composée de ronfleurs invétérés, jette l’éponge. Gilles Garrigos, ex-terroriste de Haine Brigade, prend le relais pour deux dernières années qui ajouteront à la gloire des Garlic moultes compilations et split-singles supplémentaires, plusieurs concerts et premières parties (Chokebore, Dyonisos, Hard-Ons)

Disparition de Jeffrey Lee Pierce

25-Mar-96
US UT,Salt Lake City,Jeff’s father’s house,Jeffrey Lee Pierce is found unconcious and rushed to hospital where he remains in a coma until he dies on 31-Mar-96 from a brain haemorrhage/stroke. Incidentally this date was the deadline he had been given by Henry Rollins’ publishing company (2.13.61) for finishing his « Go Tell The Mountain » book.

Jeffrey Lee Pierce est de retour au USA

Jeffrey tries to get back in shape. He and Mike Martt rehearse at Jeff’s mom’s house. Jeff jams one or two times with an all star band on Sunday (or Wednesday) nights @ the Viper Room (with Steve Jones [Sex Pistols], Clem Burke [Blondie], Norwood [Fishbone], Keith Morris [Circle Jerks] and Mike Martt [Tex & the Horseheads]). Jeff is also one of the driving forces behind the Monday night « Mr Moo’s Wild Ride » acting series. At the same time he gets involved with the Death Row Records people, having an idea to merge punk rock with rap music. At the same time Jeff is working on his autobiography (« Go Tell The Mountain ») for Henry Rollins’ 2.13.61 publishing company.

Jeffrey lee Pierce Reside à Osaka

Jeffrey resides in Osaka,Japan doing radio shows and even guesting live on stage with a band called The Evil Hoodoo. Misadventure starts when he’s mugged and robbed (from his passport, luggage and guitar). He ends up in hospital on the moment the Kobe earthquake happened. After some time he manages to leave Japan, goes to pick up his stuff in London and moves back to Los Angeles (his mother’s house/close to the Viper Room).

Garlic Frog Diet au studio Espace Sonore

En août 1994, les Garlic, pas rassasiés, retournent à l’Espace Sonore avec leur fidèle ingé-son Julien Escoffier, armés cette fois d’un solide budget (17 000 francs !), pour donner une suite à Democrisis. Le son pop-punk du premier album est abandonné pour un son disco-metal que les neuf fans de la première heure ont alors un peu de mal à digérer, mais que le groupe considère, encore aujourd’hui, comme son projet le plus abouti, son Bohemian Rhapsody à lui.

Suite au naufrage de Semetary, le groupe récupère une partie du stock de Democrisis et « Fly to hell » pour quelques croûtons de pain, les redistribue aux pauvres, et dans la foulée, sort 12 Killer Disco Tunes sur l’indé Weird Records, fin 1994. Le jour de gloire et concert jouissif ultime de Garlic a lieu au Glob à la même époque, à Lyon, en ouverture de Helmet, groupe fétiche d’entre les groupes fétiches.

Lors des 3 années suivantes, Garlic enchaîne split-singles et compilations et négocie quelques concerts ici et là.