– 26/03/77 – Asphalt Jungle et les Bastards

+ Le Gibus au 18, rue du Faubourg du Temple à Paris (75011)

Les Bastards jouent au Gibus. Ce sont de vrais loulous de banlieues, mais ils sont très intéressés par ce qui se passe chez les punks, sans être punks eux-mêmes. Malo est très fier de sa télécaster en plexiglass. Le chanteur a une voix pas mal. C’est la première fois qu’ils passent sur scène mais je crois que s’ils continuent dans ce sens, ça peut marcher pour eux. Ils jouent très bien et quand ils font une reprise, on la reconnaît des les premiers accords. Ensuite, comme chaque soir, c’est Asphalt Jungle. Eudeline est encore plus saoul que d’habitude. Il titube en hurlant : « Maman, c’est pas moi qui ai cassé la télé. » Aujourd’hui, i1 se lance dans une reprise de I’m waiting for my man de Lou Reed. Le nouveau bassiste est bon et donne plus d’assise au groupe. De toute façon, ils ont un look très punk.

Alain Pacadis « Un jeune homme chic »

– 25/03/77 – Asphalt Jungle et Man Ray

Archive : Caméléon Records

+ Le Gibus au 18, rue du Faubourg du Temple à Paris (75011)

Le soir nous allons tous au Gibus pour voir Man Ray. Lenny Kaye pense que c’est le meilleur groupe punk qu’il connaisse. A la fin de leur set, Jean-Louis, dit Hermann, balance sa guitare par terre et fait le salut nazi. Le public est très impressionné.

Alain Pacadis « Un jeune homme chic »

– 23/03/77 – Asphalt Jungle et Métal Urbain

+ Le Gibus au 18, rue du Faubourg du Temple à Paris (75011)

Métal Urbain et Asphalt Jungle rejouent au Gibus. J’aime de plus en plus le groupe de Patrick, beaucoup de franchise, d’authenticité. Même si la musique n’est pas toujours ce qu’elle devrait être, on sent qu’il y a quelque chose de vrai dans ce groupe. Ils ont change de bassiste depuis cette semaine : le nouveau, Pierre Jean, a joué avant avec Alain Kan. C’est un gosse des banlieues et la première chose qu’il a demandé a Patrick était de lui couper les cheveux.

Alain Pacadis « Un jeune homme chic »

– 22/03/77 – Asphalt Jungle et Métal Urbain

+ Le Gibus au 18, rue du Faubourg du Temple à Paris (75011)

Cette semaine va être marquée par un festival punk au Gibus. Il y aura chaque jour Asphalt Jungle qui prêtera son matériel a un groupe différent. Aujourd’hui c’est Métal Urbain. Les concerts punks sont de plus en plus nombreux. Le punk prendrait-il en France ?

Alain Pacadis « Un jeune homme chic »
Continuer la lecture de – 22/03/77 – Asphalt Jungle et Métal Urbain

– 21/03/77 – Asphalt Jungle, Man Ray et Kalfon Rock Chaud

Archive : Suzy

+ Théâtre Oblique, 76 rue de la Roquette à Paris (75011)

Lundi 21 : il y a un concert de Man Ray et d’Asphalt Jungle au Théâtre Oblique. Les autres jours de la semaine, Patrick Eudeline et son groupe interprètent un prologue pour Les Bonnes de Jean Genet. Aujourd’hui, le théâtre fait relâche et leur prête la salle pour un concert punk. J’arrive avec Marie-France et Orla qui font relâche au Nashville aujourd’hui aussi. Orla s’est mise une épingle a nourrice dans l’oreille : « J ’aime bien toutes ces punkeries ! » dit-elle en riant. Le concert se termine par un show improvisé de Jean-Pierre Kalfon et son groupe Roc Chaud. Après le concert, je rencontre mon ami Dartagnan qui m’accompagne chez Marie-France ou nous terminons la soirée avec Jean-Louis qui, malheureusement, doit se coucher tôt car il travaille le lendemain matin.

Alain Pacadis « Un jeune homme chic »

– 14/03/77 – Angel Dust et Bitch

Archive : Caméléon Records

+ Théâtre Mouffetard au 73 rue Mouffetard à Paris (75005)

12 frs

Suite du concert punk au théâtre Mouffelard avec Bitch, un groupe de banlieue que personne ne connaît et dont c’est la première apparition sur scène. Le son est assez stonien mais le chanteur n’est pas mal. S’ils se coupent un peu les cheveux, ils seront bientôt punks. Angel Face a changé son nom en Angel Dust sur les conseils de François Wimille. L’angel dust est un hallucinogène très fort qu’on trouve principalement a Berkeley. Henri Flesh se contorsionne sur scène en éructant les paroles de Thanks Lou for vicious. Dans la salle, le public est nettement plus chic qu’hier. Djemila s’est habillée en punk, Serge Kruger l’accompagne. Il y a Marie-Hélène qui est amoureuse folle de Henri et François Wimille qui est amoureux de Capta. Moi, je suis encore amoureux de Dinah et Jacno aime toujours Elli. Après le concert, tout le monde va au café, « Le Zimmer », place du Châtelet. On boit beaucoup et on fait un peu de scandale. Il faut bien que punk se passe. Marie-Hélène embrasse Djemila sur la bouche sous les regards effarés du serveur. Les gens du Vidéostone ne nous ont pas quittés de la journée et ils filment dans le café, ce qui a l’air de faire plaisir au patron. Dinah commence à violer Henri Flesh sur les marches de l’escalier qui descend aux toilettes. Puis nous allons tous chez Philippe Morillon qui fronce les sourcils en voyant son appartement ainsi envahi. Jacno sirote de la bière, Dinah danse sur les rythmes discos en montrant ses seins dont elle est très fière. Moi, je me suis endormi sur un divan à cause des mandrax que j’ai avalés.

Alain Pacadis « Un jeune homme chic »
Continuer la lecture de – 14/03/77 – Angel Dust et Bitch

– 13/03/77 – Métal Urbain, Asphalt Jungle, Contingent Anonyme et Man Ray

+ Théâtre Mouffetard au 73 rue Mouffetard à Paris (75005)

Il y a un concert punk avec des groupes français au théâtre Mouffetard. Une centaine de punks se pressent ce dimanche après-midi pour voir les groupes dont tout le monde parle en ce moment. Métal Urbain allie deux synthétiseurs, Eric Débris et le très sympathique Jean-Pierre Zinc, un guitariste, Ricky Darling, et un chanteur, Clode Panik. Ils sont très influences par les Pistols et jouent une reprise en français de Anarchy in the U .K., intitulée Anarchie en France. Leur reprise de No Fun des Stooges est également très étonnante. Et puis c’est Panik, une histoire de carburateur flippé et de chasse gardée, Lady Coca-Cola, ou la sexualité revisitée par les punks. C’est celui des groupes français qui a le son le plus original. Personne (sauf Suicide a New York) n’avait encore exploité les possibilités rock’n rolliennes du synthé. Puis joue Man Ray, le groupe de Herman Boulanger, avec Joe Ness, Andy Simsolo et Anne. C’est un vrai groupe punk : guitare sursaturée, larsen a n’en plus finir, cris et gémissements. Leurs morceaux sont hyperviolents, mais je ne crois pas que ce groupe ait un avenir commercial. Contingent Anonyme a également une chanteuse, Miss O.D. Elle porte un blouson de cuir et une casquette de SS en plastique. I1 y a Nancy Boulanger à la guitare, Telegram Sam à la led-guitar et Zip Zinc à la batterie. Le groupe fait une reprise speedée de I wanna be your dog. Enfin, pour clore l’après-midi Asphalt Jungle et Patrick Eudeline se lancent dans un show ou la violence alterne avec la passion. Il est tard, le concert se termine et mes oreilles bourdonnent à n’en plus finir : gimme another shoot of punk rock, please baby...

Alain Pacadis « Un jeune homme chic »
Continuer la lecture de – 13/03/77 – Métal Urbain, Asphalt Jungle, Contingent Anonyme et Man Ray

– 02/02/77

Avec : Asphalt Jungle, Vince Taylor (UK), the Bastards, Bijou et Boogaloo Band

Asphalt Jungle

+ Le Gibus au 18, rue du Faubourg du Temple à Paris (75011)

Vers minuit, pour me changer les idées, je vais au Gibus. C’est la rentrée d’Asphalte Jungle, le groupe de Patrick Eudeline. Toute la scène punk parisienne est rassemblée et applaudit la musique de Patrick, déluge de sons overdosés qui, souvent, n’ont plus rien a voir avec la musique. Après Asphalt, quatre autres groupes se succéderont dans la nuit sur le même matériel, jusqu’à six heures du matin. D’abord Vince Taylor, qui chante des rock très rythmés assis sur un tabouret au milieu de la scène : un spectacle assez imposant. Puis The Bastards, un groupe de banlieue avec un son carré et stonien. Bijou, du bon rock français de Ronnie Bird a Little Richard, en passant par Dutronc et, en fin de soirée, Boogaloo Band qui se lance dans un blues interminable qui vide la salle.

Alain Pacadis « Un jeune homme chic »

– 31/01/77 – Man Ray et Loose Heart

Archive : Caméléon Records

+ Théâtre Mouffetard au 73 rue Mouffetard à Paris (75005)

12 frs

Concert de Man Ray et Loose Heart au théâtre Mouffetard. C’est l’occasion de voir deux excellents groupes français de la new wave punk. Man Ray, c’est Herman (guitare), Andy Simsolo (guitare), Joe Ness (batterie) et Anne Heynsens (vocal). Des morceaux très forts qui parlent de tous les groupes de la new wave : Clash, Subway Sect, les Pistols, mais aussi une expérience musicale sur le son, qui en sort complètement trituré, amplis sursatures, cris, larsen provoque. En ce moment Loose Heart est complètement branche sur Talking Heads et ça s’entend dans leur musique. Mais je ne peux pas assister au concert, d’autres mondanités m’attendent : c’est en effet aujourd’hui que Valery Giscard d’Estaing inaugure le Centre Georges Pompidou. Une date importante de l’année culturelle.

Alain Pacadis « Un jeune homme chic »
Continuer la lecture de – 31/01/77 – Man Ray et Loose Heart

– 23/10/76 – European Son et Angel Face

M.J.C. au 2 avenue du parc des sports à Fresnes (94)

23 octobre : ça commence a bouger en France. Concert a la MJC de Fresnes de deux groupes parisiens, European Son et Angel Face. Un bus pour partir vers la banlieue. Une bâtisse en pleine cité nouvelle.
European Son a commence : il y a les deux frères Boulanger, Didier qui balance sa basse dix minutes avant la fin du dernier morceau et Ness à la batterie. Ils font une reprise de Fear de Jonh Cale, plus des tas de morceaux que je ne reconnais pas… Deux inspirations, le Velvet et les Stooges dans de longs morceaux ou un seul courant passe, celui de l’électricité. Ensuite c’est Angel Face : Riton à la guitare rythmique, Pascal à la basse, Snoopy a la batterie, Julian à la lead guitar et pour la première fois un nouveau chanteur, Henri Flesh. Le groupe est vieux d’un an et se réfère lui aussi au Velvet et aux Stooges et fait une musique originale, flashy et démesurée, influencée par le hard-rock, basée sur une structure très dure. Au début, il y avait Julian, Riton et Hervé (Stinky Toys). Un gig a la fête de Rouge sans chanteur ou ils prennent la scène d’assaut. Eudeline se joint à eux et ils font un gig a Bruxelles ou les amplis sautent. A la Pizza du Marais, Snoopy remplace Hervé à la batterie et Pierre (Loose Heart) est au chant. C’est là qu’Henri Flesh les voit et décide de chanter avec eux. Après un été de travail, ils font une bande dans la Drome et reviennent a Fresnes pour ce concert. Leur musique : boogie vénéneux, vibration radioactive ; il y a des moments d’une intense violence mais on les aime ou on les déteste, pas de demi-mesure. Leurs morceaux : The Biker’s Ride, Black On The Lips, Thank Lou, For Vicious, Checks Bounced For Dinner, Urban Fever, Violent Stage.

Alain Pacadis "Un jeune homme chic"

– 03/10/76 – Pierre Meige

+ Chalet du Lac avenue de Bel Air à Paris (75012)

…Pierre Meige joue au Chalet du Lac. Le dernier concert qu’il y a eu la-bas avec les Stinky Toys s’est assez mal passé : ils étaient complètement bourrés et ont tout cassé. Pierre Meige jouait au piano avec Élodie a la Cour du Dragon pendant tout le mois d’août, il a formé un groupe avec Yoyo a la basse qui est gros mais joue très bien. Son répertoire est composé de vieux rocks du style Johny B.Good, des classiques des Stones, Jumpin’Jack Flash, et d’une reprise de Gainsbourg, Qui est in, qui est out. Pour le dernier morceau, il tire Patrick Eudeline sur scène et chante en duo avec lui. Après le concert, tous les punks se retrouvent chez moi. Il y a Pierre Meige et son groupe, Clode Panik et J.-P. Zinc qui s’extasient sur les journaux que j’ai ramenés de N.Y., et Patrick qui écoute Live at CBGB avec intérêt…

Alain Pacadis "Un jeune homme chic"

– « Colloque de Tanger » – 26, 27 et 28/09/76

Hermann Schwarz, Patrick Eudeline, William S. Burroughs, Pat Luger, Pierre Goddard et Hervé Zénouda

Avec : Wild Boys

Genève (Suisse)

« Colloque de Tanger » en hommage à l’écrivain \ »Beat\ » William S. Burroughs (cette manifestation regroupera aussi quelques grands noms de la poésie sonore comme Henry Chopin ou Bernard Heidsieck).

Hervé Zenouda
Continuer la lecture de – « Colloque de Tanger » – 26, 27 et 28/09/76

– 20/09/76 – Subway Sect, Siouxsie and the Banshees, Clash (UK) et les Sex Pistols (UK)

100 Club au 100 Oxford Street à Londres (Angleterre)

Organisation : Malcolm Mc Laren

Continuer la lecture de – 20/09/76 – Subway Sect, Siouxsie and the Banshees, Clash (UK) et les Sex Pistols (UK)