– 02/02/77

Avec : Asphalt Jungle, Vince Taylor (UK), the Bastards, Bijou et Boogaloo Band

Asphalt Jungle

+ Le Gibus au 18, rue du Faubourg du Temple à Paris (75011)

Vers minuit, pour me changer les idées, je vais au Gibus. C’est la rentrée d’Asphalte Jungle, le groupe de Patrick Eudeline. Toute la scène punk parisienne est rassemblée et applaudit la musique de Patrick, déluge de sons overdosés qui, souvent, n’ont plus rien a voir avec la musique. Après Asphalt, quatre autres groupes se succéderont dans la nuit sur le même matériel, jusqu’à six heures du matin. D’abord Vince Taylor, qui chante des rock très rythmés assis sur un tabouret au milieu de la scène : un spectacle assez imposant. Puis The Bastards, un groupe de banlieue avec un son carré et stonien. Bijou, du bon rock français de Ronnie Bird a Little Richard, en passant par Dutronc et, en fin de soirée, Boogaloo Band qui se lance dans un blues interminable qui vide la salle.

Alain Pacadis « Un jeune homme chic »

– 31/01/77 – Man Ray et Loose Heart

Archive : Caméléon Records

+ Théâtre Mouffetard au 73 rue Mouffetard à Paris (75005)

12 frs

Concert de Man Ray et Loose Heart au théâtre Mouffetard. C’est l’occasion de voir deux excellents groupes français de la new wave punk. Man Ray, c’est Herman (guitare), Andy Simsolo (guitare), Joe Ness (batterie) et Anne Heynsens (vocal). Des morceaux très forts qui parlent de tous les groupes de la new wave : Clash, Subway Sect, les Pistols, mais aussi une expérience musicale sur le son, qui en sort complètement trituré, amplis sursatures, cris, larsen provoque. En ce moment Loose Heart est complètement branche sur Talking Heads et ça s’entend dans leur musique. Mais je ne peux pas assister au concert, d’autres mondanités m’attendent : c’est en effet aujourd’hui que Valery Giscard d’Estaing inaugure le Centre Georges Pompidou. Une date importante de l’année culturelle.

Alain Pacadis « Un jeune homme chic »
Continuer la lecture de – 31/01/77 – Man Ray et Loose Heart

– 23/10/76 – European Son et Angel Face

M.J.C. au 2 avenue du parc des sports à Fresnes (94)

23 octobre : ça commence a bouger en France. Concert a la MJC de Fresnes de deux groupes parisiens, European Son et Angel Face. Un bus pour partir vers la banlieue. Une bâtisse en pleine cité nouvelle.
European Son a commence : il y a les deux frères Boulanger, Didier qui balance sa basse dix minutes avant la fin du dernier morceau et Ness à la batterie. Ils font une reprise de Fear de Jonh Cale, plus des tas de morceaux que je ne reconnais pas… Deux inspirations, le Velvet et les Stooges dans de longs morceaux ou un seul courant passe, celui de l’électricité. Ensuite c’est Angel Face : Riton à la guitare rythmique, Pascal à la basse, Snoopy a la batterie, Julian à la lead guitar et pour la première fois un nouveau chanteur, Henri Flesh. Le groupe est vieux d’un an et se réfère lui aussi au Velvet et aux Stooges et fait une musique originale, flashy et démesurée, influencée par le hard-rock, basée sur une structure très dure. Au début, il y avait Julian, Riton et Hervé (Stinky Toys). Un gig a la fête de Rouge sans chanteur ou ils prennent la scène d’assaut. Eudeline se joint à eux et ils font un gig a Bruxelles ou les amplis sautent. A la Pizza du Marais, Snoopy remplace Hervé à la batterie et Pierre (Loose Heart) est au chant. C’est là qu’Henri Flesh les voit et décide de chanter avec eux. Après un été de travail, ils font une bande dans la Drome et reviennent a Fresnes pour ce concert. Leur musique : boogie vénéneux, vibration radioactive ; il y a des moments d’une intense violence mais on les aime ou on les déteste, pas de demi-mesure. Leurs morceaux : The Biker’s Ride, Black On The Lips, Thank Lou, For Vicious, Checks Bounced For Dinner, Urban Fever, Violent Stage.

Alain Pacadis "Un jeune homme chic"

– 03/10/76 – Pierre Meige

+ Chalet du Lac avenue de Bel Air à Paris (75012)

…Pierre Meige joue au Chalet du Lac. Le dernier concert qu’il y a eu la-bas avec les Stinky Toys s’est assez mal passé : ils étaient complètement bourrés et ont tout cassé. Pierre Meige jouait au piano avec Élodie a la Cour du Dragon pendant tout le mois d’août, il a formé un groupe avec Yoyo a la basse qui est gros mais joue très bien. Son répertoire est composé de vieux rocks du style Johny B.Good, des classiques des Stones, Jumpin’Jack Flash, et d’une reprise de Gainsbourg, Qui est in, qui est out. Pour le dernier morceau, il tire Patrick Eudeline sur scène et chante en duo avec lui. Après le concert, tous les punks se retrouvent chez moi. Il y a Pierre Meige et son groupe, Clode Panik et J.-P. Zinc qui s’extasient sur les journaux que j’ai ramenés de N.Y., et Patrick qui écoute Live at CBGB avec intérêt…

Alain Pacadis "Un jeune homme chic"

– « Colloque de Tanger » – 26, 27 et 28/09/76

Hermann Schwarz, Patrick Eudeline, William S. Burroughs, Pat Luger, Pierre Goddard et Hervé Zénouda

Avec : Wild Boys

Genève (Suisse)

« Colloque de Tanger » en hommage à l’écrivain \ »Beat\ » William S. Burroughs (cette manifestation regroupera aussi quelques grands noms de la poésie sonore comme Henry Chopin ou Bernard Heidsieck).

Hervé Zenouda
Continuer la lecture de – « Colloque de Tanger » – 26, 27 et 28/09/76

– 20/09/76 – Subway Sect, Siouxsie and the Banshees, Clash (UK) et les Sex Pistols (UK)

100 Club au 100 Oxford Street à Londres (Angleterre)

Organisation : Malcolm Mc Laren

Continuer la lecture de – 20/09/76 – Subway Sect, Siouxsie and the Banshees, Clash (UK) et les Sex Pistols (UK)

– « La fête rouge » – 18/10/75

Avec : Angel Face, Dr. Feelgood, Captain Beefheart, John Cale & Isotope, Tim Blake, Jacques Higelin, Tri Yann, C. Ribeiro, B. Lavilliers, F. Béranger, Little Bob Story, les Frenchies…

+ Grande halle de la Villette à Paris (75)

Premier concert d'Angel Face en octobre 1975 aux Halles de la Villette pour la fête du journal Rouge (organe de la Ligue Communiste Révolutionnaire). Ce concert prendra la forme d’une grande improvisation psychédélique électrique, digne des Pink Fairies. Cette dimension d’improvisation restera la marque de fabrique de la musique d’Angel Face fondée sur les riffs de la guitare de Riton joués à des tempi médium et se développant sur des durées plus qu’élastiques.

Hervé Zénouda
Continuer la lecture de – « La fête rouge » – 18/10/75