25 aout 2001 The Prodigy, Muse, Heather Nova, Stone Temple Pilots, Michael Franti and Spearhead, Spooks, Powderfinger, Tricky, Sparklehorse, Sophia, Stephen Malkmus, Zebrahead, Mark B & Blade, Millionaire, Zoot Woman, Zero 7, Ping Pong Bitches, Galacticamendum, dj Paul Daley, dj Lady Vortex, DJ Marky, Plump DJs, Less Than Jake, Voodoo Glow Skulls, The Vandals, Undeclinable, The Ataris, 311, The Hives, Sahara Hotnights, The Heartaches, Superheroes, Fireside, Beulah, Hopewell, Natalia M. King, Miles, Zornik, …And You Will Know Us By The Trail Of Dead, Aka Moon, Alien Ant Farm, Bastian, Bit Meddler, Boenox, Boy Hits Car, Brainpower, Buscemi, Chitlin’ Fooks, de Portables, Dislocated Styles, DJ Big Train & DJ White Jazz, DJ Leno, DJs Aim Records, Ed & Kim, Four Tet, Gore Slut, Gwenmars, Hypnoskull, Jan Van Biesen, Ken Ishii, Killah Priest, Kim Cascone, Kosheen, Krushed ‘n’ Sorted, League Of Extra Ordinary Gentlemen, Live, Main, Marumari, Mescalito, Ovil Bianca, Pilote, Placebo, Queens Of The Stone Age, Reamonn, Rolando, Saliva, Spearhead, Staind, Sunzoo Manley, The Bays, The Folk Implosion, The Locust, The Moldy Peaches, Think Of One, Thom Revolver, Uman, Wevie Stonder, Wicona Airbag, Wookie à Hasselt Kiewit

Pukkelpop

la veille

24 aout 2001 Orbital, 3 Doors Down, Heideroosjes, Ozark Henry, Sisters Of Mercy, Nelly Furtado, Guided By Voices, Rocket From The Crypt, Starsailor, Phoenix, Madrugada, Lift To Experience, Slam, The Avalanches, Red Snapper, Postmen, Howie B, Total Science, Randall, Dom & Roland, Llorca, Llorca, dj Lady Vortex, Stanton Warriors, Cut La Roc, Starflam, Canibus, Max Normal, TY & DJ Bizznizz, DAAU, Turin Brakes, Elbow, à Hasselt-Kiewit.

Pukkelpop

La Veille

Le lendemain

23 aout 2001 Papa Roach, Xzibit, Fear Factory, (Hed) Pe, EELS, Mogwai, Mercury Rev, BS2000, Gloss, Green Velvet, Röyksopp, Mouse On Mars, Andy C, Richie Hawtin, Agent Sumo, Oxide & Neutrino, dj Lady Vortex, 28 Days, Dropkick Murphys, The Living End, Anyone, Six By Seven, My Vitriol, Mo Solid Gold, South, I Am Kloot à Hasselt-Kiewit.

Pukkelpop

Le lendemain

22 juillet 2001 les Crapaudes, Ken Ishii, Headrillaz, Merzbow, Carl Craig, Puddu Varano Micronauts, Sarcasm, Chokebore, Young Gods, Groove Terminator, Turin Brakes, Burnings heads, Hellacopters, Gladiators, Brooklyn funk essentials à Blayes les Mines

21 juillet 2001 les Crapaudes, Sroit folk, Alain Lamontagne, London Elektricity, Gary Clay, Pitchblack, DJ Dubmission, Le peuple de l’herbe, Salmonella Dub, Six by Seven, Dead man ray, Kat Onoma, Rokia Traore, Carlos Maza, La bottine souriante, LKJ, Les tambours du Bronx, Sergent Garcia, Matmatah à Blayes les Mines.

20 juillet 2001 la Talvera, Suroit folk, Alain Lamontagne, Luke Slater, DJ Black Sifichi, Tayeb Benamara, DJ Spooky, DJ Mekon, Gonzales, Gonales, Trip do Brazil, Minu Cinelu, Babylon Circus, Sally Nyolo, Adama Drame, Assassin, 100 % collègues, Ska P, Massilila sound system, Manu Chao à Blayes les Mines.

29 juin 2001 High Tone, les Naufragés, Adrian Byron Burns, Couleurs du Sud, Les Menus Larcins, Pustule l’Ardechois, Mr Orange à Saint Symphorien sur Coise

Cocktail Jeunes

Rock sous les Etoiles

Le Lendemain

 

7 juin 2001 Brigitte Bop, Nashville Pussy à Paris « Le Trabendo »

L’année dernière, Jean-Luc de Jostone Traffic nous avait fait joué à Orléans avec les Dogs et nous avait promis une première partie sur Paris. Il a tenu parole (Elvis le lui rendra) et nous a donc programmé avec les Nashville Pussy. On aurait préféré les New Bomb Turks mais on va pas faire le fine bouche. Bon, soyons clair, le seul contact que nous avons eu avec les Pussy, c’est la nouvelle bassiste qui nous a demandé : « What’s your name ? » pendant notre balance. Ce à quoi Charles lui a répondu : « Brigitte Bop, like Brigitte Bardot ». Point final. A part ça, on a eu le droit de poser nos amplis et notre batterie devant leur matériel, ce qui réduit copieusement l’espace vital sur scène. Heureusement qu’il n’y avait pas un troisième groupe, ils auraient mis leur batterie dans le public ! Enfin, on a tout de même eu droit à une balance/répétition des Pussy rien que pour nous et le répondeur du portable de Bruno Lopez (c’est bien parce qu’il nous a prêté son ampli et sa gratte !). Et bien ils jouent aussi fort que quand il y a 80 000 personnes, et la guitariste se roule par terre, sauf qu’elle est habillée et qu’elle porte des lunettes ! Après ça, on a quand même pu balancer et boire des bières en attendant 20 heures. On a alors envoyé un set court (35 minutes) ponctué de quelques blagues sur les chanteurs de hard et les motos japonaises, bonne ambiance, quoi. On a commencé par Career Opportunities, ce qui eu l’avantage de décoller les vieux du bar, dixit le bassiste des Bidochons (ex-Vampires, vous vous rendez compte ! Et j’ai touché sa chemisette !!! Harg !!! Et il a taxé une clope à Christophe Spielberg, un copain à moi et pas à vous!!! Trop Classe !!!), qui est pourtant un gars à qui on ne l’a fait pas ! Pour ce qui est du public, comment vous dire, c’était 130 balles l’entrée, c’était un jeudi soir à 20 heures, et c’était en 1ère partie d’un groupe de Hard rock US. Donc pas de punks à chien et un seul pogoteur, avec un tee-shirt de Slayer ! Malgré tout, l’accueil a été agréable (j’en ai même vu qui ont souri). Pour ce qui est de la suite, c’était le mur du son dans ta gueule, des bons dégueulis de guitare, un batteur-bûcheron, un chanteur-ours et une bassiste impassible. Le show est assuré par la gratteuse et elle le fait bien. De l’avis général des connaisseurs, c’était quand même mieux avec l’ancienne bassiste. A voir une fois, ça suffit. Mais j’irais peut-être quand même les revoir lundi à Orléans ! Après tout ça, on a rangé le matos, on a papoté à droite à gauche et on est rentré. Nationale 20 de nuit et sous la flotte, il y avait longtemps !

Extrait du site Brigitte Bop

31/05/01 – Défi’stival – Cité Rock

Avec Delabrosse, La Tordue, Les Ogres de Barback, Bamba Mussxam, Baco, I Jah Man, Bass massive : Courts toujours, Ten Dubians, K’ptain Planet, DJ Willy Man, UHT°, Apocalypse 45, Catrice Crew, Radykal Lyrix, Syndicat de la rime, La Baraka, Tilt, Lost reason, Backside, Def Daf

Parc de Charbonnière – Saint Jean de Braye (45)

Defi

26 mai 2001 Brigitte Bop, Scrab dealer à Sainte Croix Volvestre « Art’ cade »

Le lendemain, c’est après un pique-nique dans le salon avec (encore) les dAHU qu’on a décollé vers la suite de notre périple. Direction l’Arriège et sa population de « belges qui n’ont pas trouvé l’Espagne » (dixit les toulousains). Après une heure de route, on arrive à destination : le paysage est magnifique, il y a des petites babas qui font du stop avec des gros sacs à dos, il fait très beau, il y a des vaches, des moutons, de l’herbe et les téléphones portables ne captent plus ! Cette fois-ci, ça y est, on est au bout du monde. Et là qu’est-ce qu’on y trouve ? Une magnifique salle « musiques actuelles ». Comme notre Astrolabe, sauf que c’est une ancienne grange et pas une patinoire néo-cubiste. Les gens sont tous sympathiques et nous annoncent qu’on a 1 heure 30 pour faire la balance, qu’il y a du café, des bières et un plan d’eau pour flemmarder ensuite. C’est louche toute cette gentillesse, ils vont sûrement nous annoncer qu’ils vont diviser le cachet par 4 ou que finalement, on n’a que 14 minutes pour jouer ce soir. En fait non, ils sont vraiment sympas et on discute, on glandouille, on bouffe, on se balade, on boit le Pastaga tout bleu à l’Antoine et une fois de plus, on attend le public. Vu qu’une fois de plus, il peine à arriver, on y va quand même. Belle scène, grosse sono, bons retours, l’accueil est mitigé mais on profite du lieu et on s’amuse bien. Finalement ça se remplit et ça twiste à droite et à gauche jusqu’à ce qu’une bande de djeunes vienne investir la place à pogo. Des chorégraphies à vous couper le souffle et deux-trois conneries pour faire rire les derniers récalcitrants et on a même droit à 2 rappels qu’on exécute avec un plaisir non dissimulé. Ca fait une bonne heure de concert sous les sunlights et même Gob a encore la pêche. Y a pas à dire, le grand air, ça fait du bien ! On cède la place aux Scrab Dealer qui joue un rock hispanique pour faire danser les adolescentes. Ils sont adorables, ils jouent très bien, mais ça reste de la variétoche. Ca me rappelle mes vacances au Portugal. On en profite pour taper la discute dehors et tester les diverses productions locales de l’autochtone, offertes avec toujours autant de gentillesse. On finit par aller se coucher dans un gîte 3 étoiles à 5 bornes de là, non sans avoir salué et remercié comme il se doit toute l’équipe de l’Art’ cade, dont le boss nous remercie de lui avoir rappeler « que le rock n’ roll n’était pas mort ». Grosse fierté. Après 5 petites heures de sommeil, on prend le petit déj’ avec les Pyrénées comme panorama, on se refout dans les véhicules et on rentre chez nous en se disant : « Tiens, y a longtemps qu’on a pas jouer en Bretagne ! »

Extrait du site Brigitte Bop