Danger : La France à peur

Compilation LP (Danger Records – DR-008) février 2016\


A01/ Loose Heart \ »Alone\ »\
A02/ Dentist \ »Subway Sect\ »\
A03/ E330 \ »Aucune Excuse\ »\
A04/ Hemoragie \ »Rasoirs Coupables\ »\
A05/ Gare Du Stade \ »Seul\ »\
A06/ Le Fracas \ »Rebel\ »\
A07/ Single Track \ »Here We Go Again\ »\
A08/ Nicolas Cruel \ »Back To Magneta\ »\
B01/ Strike Up \ »Strike Up\ »\
B02/ Strychnine \ »Mal\ »\
B03/ Break Up \ »All I Want\ »\
B04/ Chaos \ »On Veut Pas Crever\ »\
B05/ Curlies \ »Stop Danger Teenagers\ »\
B06/ Ultraviolet \ »Dorothée\ »\
B07/ Strideurs \ »13\ »\
B08/ Escalators \ »Plaire Puis Déplaire\ »\
B09/ Electrodes \ »I Don’t Wanna Be A Jerk\ »\
« 

Les Privés « Contrôle »

Maxi (Mémoire Neuve – MN025, 300 exemplaires) juin 2016

  • A01/ Au-Dessus De La Mêlée\
  • A02/ Suicide\
  • A03/ Chienne De Vie\
  • A04/ Contrôle\
  • B01/ Contrôle [ Anouschka (chant). ]\
  • B02/ Bath Comme Ca\
  • B03/ Banlieue Moderne\
  • B04/ Haute Sécurité\
  • Jacques Schreder (guitare et chant),
  • Christian Croizard (guitare et chant),
  • Pierre Potet (basse), André Asse (batterie). ]\

Boot Boys « Enfant de la crise »

LP & CDm (Bords de Seine – CB 109 / Oi ! the vintage series – VS03, avec insert, 600 exemplaires) décembre 2013

A01/ Dernier rempart\
A02/ Enfants de la crise\
A03/ Skinheads\
A04/ Personne\
A05/ Ulster\
B01/ Mitterrand\
B02/ Skins de France\
B03/ Skinheads (1ère démo)\
B04/ Johnny s’en va en guerre (live)\
01/ Dernier rempart\
02/ Enfants de la crise\
03/ Skinheads\
04/ Personne\
05/ Ulster\
06/ Mitterrand\
07/ Skins de France\
08/ Skinheads (1ère démo)\
09/ Johnny s’en va en guerre (live)\
10/ Haine & violence (live)\

Soggy « Slog »

Double LP (Mémoire Neuve – MN 014, 500 exemplaires) 22 septembre 2012\
[ Face A & B : Studio / Face C & D enregistrements live.

  • A01/ Sound Powerful Young Man (June 1981)\
  • A02/ Which Of Which (March 1982)\
  • A3     Never Cross (January 1980)\
  • A4     Walking On The Thread (January 1980)\
  • A5     Speed Hog Killer (January 1980)\
  • A6     The Goner (March 1982)\
  • B1     Waiting For The War (October 1980)\
  • B2     47 Chromosomes (January 1980)\
  • B3     Down The Shops (January 1980)\
  • B4     Cursed Boys (January 1980)\
  • B5     Let’s Go Together (January 1980)\
  • B6     Lost My Brain (March 1982)\
  • C1     47 Chromosomes (June 1981)\
  • C2     Cellulitis Is The Top Of The Shaoeless Body (June 1981)\
  • C3     Lay Down A Lot (June 1981)\
  • C4     I Wanna Be Your Dog (March 1980)\
  • C5     Never Cross (March 1980)\
  • D1     Suspense (June 1981)\
  • D2     I Feel Top Of The World (June 1981)\
  • D3     Nothing’s Gonna Change My Style (June 1981)\
  • D4     Down The Shops (June 1981)\
  • D5     Walking On The Thread (June 1981)\
  • D6     Waiting For The War (June 1981)\
  • « 

Foutre « Crade rock »

LP (Euthanasie records – 1904-034, test pressing 6 exemplaires) 14 février 2012\
LP (Euthanasie records – 1904-034, 508 exemplaires avec poster) 29 février 2012\
[ Mastering et gravure réalisé le mercredi 1er février 2012 au studio Parélies. ]\
\
A01/ Idole\
A02/ Stupide animal je suis\
A03/ Ecce homo\
A04/ Plane baba\
A05/ En France on vit tranquille\
A06/ L’hymne à l’hymne\
A07/ Ca pourrit sérieux\
\
B01/ Scandale à la télé\
B02/ Troisième reich\
B03/ Erreur\
B04/ Bientôt la guerre\
B05/ Le meilleur des mondes\
B06/ Foutre\
B07/ Ordre nouveau\

Angel Face/1984 – Henri Flesh Archives

Angel Face
SP (Salted City – SLCT001) 2011\
[ Enregistré à Paris en 1977 – Henri Flesh (chant), Riton Angel Face (guitare), Pascal Farray (basse),  Frederik Cousseau (batterie). ]\

1984 SP (Salted City – SLCT002) 2011\
[ Enregistré à Paris en 1977 – Henri Flesh (chant), Belock (guitare), Pierre Goddard (guitare), Luis (basse), Frederik Goddard (batterie). ]\


Continuer la lecture de Angel Face/1984 – Henri Flesh Archives

Angel Face « Wolf city blues »

Triple CD (Apachefilm – S/R / TransLoveEnergy – S/R) 2004\

1.01/ Wolf City Blues\
1.02/ 12 1/2\
1.03/ Pride / Endless Road (cup up songs) / I Don’t Care / Shadows & Lights / Before Now And After / Biker’s Ride\
CD 2 : Wolf City Blues / Secret Town / Shadows & Lights / Little Sister / Waiting For The Rain / Run Slowly / Pleasure Limit / Oh My Angel / Believe Me / I Love You / I Lose I Care / Are You Ready For Pain / You Are Welcome / Oaxaca People / Secret Town / I Don’t Care (To The Hell)\
CD 3 : Radio 93 / Precious Urban Nasty Kid / Come On Baby / Contemporian / Loveless Girl / Hey Lou / Strange / Black On The Lips / Guest / Little Sister / Contemporian / Strange Date / Burn To Change / I Lose I Care / Broken Heart / Are You Ready For Pain / Living For / No Title / You Are Welcome / Believe Me\

Drei Oklok « L’inédité 79 à 87 »

CD

Worsty – Worsty 10

  • Les petits vauriens
  • Cunéguonde
  • Idées noires
  • Tarass Boulba
  • Je retourne à  l’école
  • Live à Feugarolles le 10/07/1987
  • Cunéguonde
  • Conte désenchanté
  • Oui ! Oui ! Oui !
  • Les petits vauriens
  • Tarass Boulba
  • Vacances rouges
  • Poème ridicule
  • Pauvre maman
  • Je t’aime à la folie
  • Petit garçon
  • Famille paranoiaque
  • Mauvais jugement
  • Djolkoï mon vampire
  • Père cruel »

Manuel J. Grotesque « Un petit air de pomme à poil »

LP (Les potagers natures – PoNa009 / Galerie Pache, 200 exemplaires avec insert) janvier 2003\

  • Ton sosie / Y a des années / Sarah / So broke / Complexity / La magie des poupées / Université paumée / Grandir / J’suis malade
  • Plus de fontaines / L’enfer du téléphone / In a mormon family / Dans la peau d’une pierre / Dans la montagne / Contre moi-même / Nivuniconnu / On your track / Personne

22/12/01 – Les Excités, Brigitte Bop

Briare (45)

Après quelques changements de musiciens, Les Excités ont quand même décidé de jeter l’éponge. Dommage, car la dernière formation carbure à mort. Ce soir, c’était donc le 1er des 3 concerts d’adieu des Compagnons du Putain de punk dans ta gueule. Car Les Excités, c’est du punk, du vrai, du pur, à la Exploited. C’est speed, c’est dur et ça fait du bien. No future jusqu’au bout des textes, toujours percutants et bien écrits. Des riffs simplistes joués sur le fil du rasoir. Le genre de groupe qui aurait pu jouer en Bretagne tous les soirs de la semaine. Bref, ce dernier concert de l’année s’annoncait … punk ! On a joué l’ordre de passage à pile ou face (on a gagné) puis au bras de fer (on a perdu … que dites-je, on s’est fait ridiculisé par le représentant des Excités (en fait un pote de Richard, le bassiste-chanteur) qui avait pourtant du mal à garder le yeux ouverts. C’est donc Les Excités qui ont ouvert le bal devant un public clairsemé. Et oui, froid + fin de mois + cadeaux de Noël + Briare (joli petit port de pêche pourtant !), ça en a refroidi plus d’un. Tant pis pour eux ! Parce que, putain, c’était bien ! Je ne vais pas en faire des tonnes, c’était une heure de pur punk avec des touches hivy Metaul et Richard qui hurle sa rage. C’est beau et ça donne des frissons !!! Un petit coup de Marseillaise pour finir et l’affaire est dans le sac. On prend la place doucement. Ce soir, c’est sérieux, on a 2 nouveaux morceaux. Vu qu’on les a fait 15 fois pendant les balances, les personnes présentes à ce moment chantent avec nous. Ca fait toujours plaisir. Les 2 passent bien. On va les garder. On fait aussi un peu les guignols avec le chapeau rouge à ponpon de Richard. Pas cool pour le head-banging, le ponpon dans l’oeil, ça fait mal ! Je ne recommencerais pas ! Pour marquer le coup, on balance aussi un « Excités, Excités, Excités oi, oi ! » de circonstance et le peu de public présent braille en coeur ! On termine avec un Couleurs Sur Paris spécial pour Richard, grand fan d’Oberkampf. On s’embrasse et on se tripote comme des gamines. Un peu émus, pas mal crevés et en tout cas super contents d’être ensemble. Les keufs arrivent juste pour vérifier qu’on a pas dépasser l’horaire. Faut dire que c’est moins risqué de venir faire chier les (très) sympathiques proprios du rade que d’aller voir si il y a une Rave an campagne, ce qui est le cas régulièrement dans le coin. Et voilà, après ça, comme d’hab’, on range le matos, on se souhaite de bonnes fêtes. On a beau être punk, on a quand même des familles et le sens des vraies valeurs catholiques !!! Joyeux Noël et see you l’année prochaine, alligator !!! Et vive le Rock !!!

Extrait du site Brigitte Bop

08/12/01 – Breizh Disorder

Avec Voice Of Generation, Bacchus Temple Addicts, Etat d’Urgence, Lost Disciples, Abkahn, Lix Xivia, Core Y Gang, Nevrotic Explosion, Tri Bleiz Die, Right 4 Life, The Mad Trashers, Skuds and Panic People

Parc des Expositions – Rennes (35)

25/11/01 – Brigitte Bop, Jackie and the Cedrics

+ Le Zig-Zag / Zig au 108, avenue du Loiret à Olivet (45160)

Le lendemain, ça se passe au Zig, un discothèque qui fait aussi des concert. Une belle salle, bien refaite avec des putains de lights et une bonne sono (merci JP). Pour infos, il y a quand même les Bérurier Noir, les Meteors et Gildas Harzel qui ont joué ici. C’est pas rien !! C’est Jean-Luc Jostone qui fait tourné ce groupe de surf-music japonais et qui nous gentiment proposé la 1ère partie. C’est un autre Jean-Luc qui organise (c’est compliqué le rock à Orléans) et qui sait y faire : Nuts, bière, pinard et rillettes en backstage. Je me demande si on va pas demandé ça à chaque fois maintenant. Un seul hic, le concert est à 17 H et le créneau n’est pas encore dans les moeurs orléanaise. Même Beûn DDD, ce gros lâche, a oublié de venir ! Bref, on a joué devant une trentaine de personnes et il faut bien avoué qu’on les connaissait presque tous. Je ne vous les citerais pas, mais on a les noms. On a balancé un set court mais intense. On a fait les cons, on a bien rigolé. Ambiance décontractée. Anciens et nouveaux morceaux, quelques reprises désormais classiques : Les Rats, qui a bien plu à Saïd DDD et les Clash, qui a bien plu aux sympathiques japonais. On a tout filmé et enregistré et promis, on vous fera partager tout ça bientôt. Pour ce qui est de Jackie and the Cedrics, ils nous ont balancé un sacré set . D’abord, ils sont super sympas. Et puis, ils sont vachement bien habillés : costard 60’s et neud pap’, un vrai dessin de Margerin. Musicalement, c’est surf-rocknroll-rockabilly-twist, mélangeant des classiques (Tequila, Pulp fiction, Let’s dance, Oh Boy …) et des compos 100 % surf. Les dégueulis de Telecaster s’enchaînent aux roulements de tom bass et à divers cris d’animaux ! Hey ça twist ! Ca saute partout, ça grimpe sur les retours, ça se jette dans le public et ça se roule par terre. Quelques belles chorégraphies aussi. Bref, un bon moment de rock n’ roll et bien que 100 % hommes du soleil levant, ils causent bien la France (Hum, ça va ? Ca va bien ? Vous voulez dansez ? Hi, hi, hi) et présentent les morceaux. Un sens de la communication que pas mal de groupes français ne pratiquent plus. En conclusion, un horaire difficile et encore inhabituel. Une fois de plus, c’est Drucker qui a gagné. C’est bien dommage. Pourtant, à 22 heures, on était rentré au bercail pour Culture Pub … et plus si affinités.

Extrait du site Brigitte Bop

– 24/11/01 – Les Nez Rouges et Brigitte Bop

Mouzay (37)

Voilà ce que j’appelle un bon petit week-end ! Deux concerts alors que 3 semaines avant, on avait encore rien de prévu, c’est cool !! Le 1er nous a été proposé par les Nez rouges par mel interposé. Viva el world wide pogo ! On a donc pris tranquillos la direction de Loches en plein milieu de cet après-midi et on s’est cogné plus de 150 bornes dans le brouillard, au doux son d’Oxymoron et de vieilles K7 punk oi 70’s de Gob. Calme et volupté. On est évidemment arrivé avec pas mal de retard, mettant ainsi fin au calvaire des organisateurs qui n’y croyaient plus. Comme d’hab’, papotage, montage de matos, balance et saucisse-lentilles. Ce sont les sympathiques Nez rouges qui ont ouvert le bal devant la quarantaine de personnes qui avait bravé le climat hostile de la Touraine hivernale. On a eu droit à une petite heure de pur rock alternatif, au sens le plus noble du terme : déguisement, humour, auto-dérision, chant en français revendicatif mais sans prise de tête, solo de violon, comptines et poing levé. Ca rapelle, les Garçons bouchers (surtout le violon), les Ludwig et bien sûr les Bérus. Bref, du bon qui deviendra excellent quand ils accepteront de faire des morceaux de moins de 7 minutes. On a pris la suite devant un public nettement plus clairesemé. Faut dire qu’il y avait pas mal d’ados boutonneux locaux qui sont rentrés chez eux après s’être émancipé dans le pogo des Nez rouges. Maman est sympa mais papa ne veut pas que je rentre après 22 H. On a quand même joué pas loin d’une heure et demi. On a même refait « La Jeunesse » sur demande pressante d’Antoine mais on a pas poussé jusqu’à « la Rumba du commissariat ». On a péter des cordes, mais ça c’est pas très original. On a fini sur une sacrée volée de reprises, pour la plus grande joie de « Crête rouge » et de quelques autres : Oberkampf, Rats, Clash, LSD … Après ça, retour version Nuit et brouillard mais avec une arrivée plus agréable : au lit avec les oreilles qui sifflent, une haleine clopes/Kro/coca abominable et des images de salles de bar paumées au fin-fond de la cambrousse, de pogo et de punks à chien. Soirée rajeunissante.

Extrait du site Brigitte Bop